Le péril islamique

 

Le péril islamique





N’en déplaise aux idiots-utiles, aux islamo-collabos, aux pas amalgamistes, aux tartuffes de tous bords et aux musulmans du premier parti au monde « ce n’est pas ça l’islam », ce sont des musulmans qui mettent en péril la paix et la sécurité dans le monde. Ce sont des musulmans qui mettent l’Occident à feu et à sang. Ce sont des musulmans qui répandent la mort en France et violent en Allemagne. Ce sont des musulmans qui décapitent et posent des bombes chez eux eux y compris dans leurs lieux de culte.

Qui pourrait nier que 100% des attentats terroristes sont l’oeuvre des musulmans ? Sauf les musulmans eux-mêmes et leurs idiots utiles murés dans leur déni psychotique.

Depuis les attentats du 11 septembre 2001 qui marque l’entrée de l’humanité dans l’une des nuits les cauchemardesques de son histoire, il ne passe plus un jour sur tous les continents sans que des musulmans ne se rendent coupables des crimes les plus abjects et ignominieux.

On se doit de s’en tenir à la réalité des faits qui démontre aisément l’existence des liens intrinsèques entre le terrorisme et le Coran.

Tous ces soi-disant musulmans radicalisés qui est un oxymore, un pur néologisme, comme si les préceptes coraniques et les hadiths, les textes fondamentaux de l’islam étaient un hymne à la paix et une ode d’amour, ne sont pas des musulmans déviants, ils sont l’archétype du parfait musulman. L’image vivante de l’islam, et en aucun cas le fruit d’une manipulation extérieure et des frustrations sociales, économiques, politiques dans leurs pays d’origine selon les idées reçues. Les jeunes issus des cités européennes sont loin d’être le produit des régimes totalitaires, inégalitaires et corrompus des pays musulmans, ils sont censés être nourris aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, il n’empêche qu’ils vouent une haine viscérale aux pays occidentaux qui ont donné à leurs parents des droits fondamentaux dont ils étaient dépourvus chez eux avant qu’ils n’émigrent dans ces contrées hospitalières dont certains d’entre eux étaient venus clandestinement et parfois au péril de leur vie. Ils sont tels des chiens qui veulent dévorer la main qui les nourrit ou selon un proverbe tunisien sur l’ingratitude méfie-toi de celui que tu as sauvé du naufrage car tu en feras ton pire ennemi.

Ce ne sont donc ni des athées, ni des apostats, ni des animistes, ni des islamo-incompatibles, ni des mécréants tant honnis par le Coran qui présentent le plus grand péril pour l’humanité, ce sont bel et bien des jeunes adorateurs d’Allah et de Mahomet qui ne sont pas des marginaux, même si certains d’entre eux étaient des anciens délinquants, qui appliquent fidèlement leur feuille de route pour la mise à mort de l’humanité non-musulmane.
Ces jeunes ne se radicalisent pas, ils ne font que revenir aux sources originelles de l’islam qui leur font découvrir les exigences d’une véritable identité musulmane articulée autour de la renaissance de l’âme musulmane, de la supériorité du musulman, de la haine du juif, du chrétien et des non-musulmans, de l’esprit guerrier qui doit animer chaque musulman, de la sublimation et l’idéalisation absolue de la mort, le rejet des valeurs non-musulmanes et de l’Occident à l’origine de la décadence de leur civilisation.

Avec cette connexion totale avec l’islam, ils donnent un nouveau sens à leur existence. Des combattants qui font trembler les puissants de ce monde et qui oeuvrent pour fédérer les musulmans autour de la bannière de l’Oumma sans laquelle l’islam périclitera.

Portés par des délires messianico-cosmiques, ils se sentent investis d’une mission de réhabilitation de la grandeur de l’islam et de son expansion dans le monde , ils avancent sur le monde comme des rouleaux compresseurs ne reculant devant rien, se servant de leurs corps comme armes de destruction massive. Ils sont en guerre totale contre le monde non-musulman qui ne prendra fin que le jour où l’islam sera foi et loi pour l’humanité tout entière.

Ils ne s’appartiennent plus à eux-mêmes, plus aucune emprise sur leur vie, perdant le sens des réalités et leur incapacité de discernement, devenus comme des automates téléguidés et dans leur cas conditionnés psychologiquement et idéologiquement par un endoctrinement politico-religieux 100% coranique, ils n’ont qu’un but, faire triompher la cause de l’islam.

Accuser la France d’être la cause de radicalisation des jeunes des cités partis faire le djihad en Irak et en Syrie, c’est faire fi des racines du djihad et du laxisme éducatif de leurs parents.

On est ce que notre éducation a fait de nous. Les parents sont la source du mal qui gangrène la France aujourd’hui. Les hindous, les chinois, les chrétiens africains, les latinos n’éduquent pas leurs enfants dans la haine de la France, ils leur apprennent le respect de l’autre et de ce pays qui est le leur aujourd’hui contrairement aux parents musulmans nourris eux-mêmes à la sève raciste, antisémite et ethnocentrique de l’islam.

La République a fait ce qu’elle a pu pour leur donner leur chance mais leurs parents ont fait leur malheur. Ils sont autant coupables que leurs parents qui ont plus le souci du halal que du respect des lois républicaines et de l’islam qui inocule dans leurs cœurs les graines de la haine.

Salem Ben Ammar